L’Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

مكناس سيتي
1٬220 مشاهدة
أخر تحديث : الجمعة 1 سبتمبر 2017 - 11:02 مساءً
L’Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

Meknescity

« Les thèmes de la peinture figurative n’ont pas beaucoup changé : on a modifié le contexte, l’approche, les angles de vue, mais c’est toujours le problème de l’homme mis dans l’espace, en difficulté d’être, projeté dans la vie. Ce qui est intéressant, c’est ce retour au problème du corps humain comme source d’information – plastique, idéologique, philosophique – inépuisable. » Vladimir Velickovic.

Les œuvres ici présentes sont le fruit d’un travail de toute réflexion faite. Elles témoignent de l’évolution constante d’un processus artistique caractérisé par une méthode, une virtuosité interrogeant des moments perpétuels de rupture/continuité. La persévérance donnée à voir par l’usage répété des mêmes éléments métaphoriques s’y manifeste à travers une mise en tension d’une dualité inertie/mouvement.

La technique de l’artiste participe au jeu. Le dessin parait fondamental, s’estompe au côté des formes, cédant la place à un cumulus informel. Il s’égare dans la matière foisonnante. Les êtres semblent laborieusement fleurir de l’action de la main sur la toile. La couleur des fonds retrouve les gammes brunies, terreuses et grisâtres. Elle se valorise singulièrement dans les compositions exprimant un agio particulier déteignant le rendu des atmosphères, les écharpes, les flux des liquides…« Ce travail de la matière picturale prend une place essentielle dans les œuvres de la fin du XXème siècle qui dénotent une véritable libération de la peinture. »

Les peintures présentées sont loin de nous rapprocher des motivations usuelles, riches en frivolité, légèreté ou futilité. Si vous vous déplacez pour voir l’exposition, avec ces intentions en tête, vous découvrirez que le travail de Redouane Aziz ne convient pas à de telles thématiques.

Les œuvres baignent le regard dans un univers peu compatible avec un état de désinvolture et d’indifférence. Elles sont loin d’être imaginables comme des objets ludiques de loisir ou de délassement. Elles ne feront point l’objet d’une détente. Les compositions picturales génèrent un trouble certain et laissent des traces inaltérables dans la mémoire.

Ces pièces témoignent d’une indéniable qualité plastique, maniant différents procédés techniques picturales.

Le vraisemblable académisme (maîtrise du dessin anatomique), dont l’œuvre de Redouane Aziz semblait estampillé, allait contre les pratiques picturales désuètes, actuellement régnantes. Il faut avoir du cran pour s’engager dans un tel champ de recherche, avec une ferme volonté d’apporter de nouvelles réflexions sur la peinture figurative contemporaine, rompant avec les scènes de cartes postales, les agencements figuratifs stériles, le naïf « Renaissant »…Il s’agit bel et bien d’«une peinture qui évolue selon une logique intérieure, cohérente, toujours entre les deux mêmes pôles, l’espace et le corps, pris ensemble ou séparément selon les époques et les événements, dans la durée et l’approfondissement de la démarche ».

L’artiste tente de réaliser son projet en procédant à toutes sortes de techniques picturales et en explorant à fond, les effets de matière dans le but d’enrichir son espace plastique, de rendre ses modèles différents de toute matérialité : fluidité, transparence superposée, empâtement empilé, gestualité draconienne…« Ces compositions sont au service d’un thème fondamental qui conduit à la mise en œuvre d’une figuration souvent allégorique ». Crayons, pinceaux, brosses, spatules, bras, main, doigts ; tout le corps de l’artiste agit, manœuvre avec ferveur et concourt à l’éclosion de l’œuvre, par des gestes dominés/dominants, par une dimension spacio – temporelle, tout en grattant, traçant, dévoilant, mélangeant, déchiffrant, disposant, estompant, frottant. La précision du geste et la rapidité d’exécution témoignent de la maîtrise technique du peintre. On notera, pour certaines toiles, le recours à l’éclaboussure et la présence de contours incomplets, venant souligner ou préciser la forme d’un élément noyé dans la transparence.

Des prises de vue photographiques et des dessins préparatoires au crayon ou, probablement cliqués sur tablette ont participé de près à la genèse de ces réalisations sublimes. L’artiste ne cherche pas à reproduire « fidèlement » le modèle photographié. Les images captées par la caméra, relues et transposées, engendre à rebours, un traitement plastique qui n’est guère féal au modèle initial. Le sujet, dans ses grandes lignes, demeure identifiable, mais la force du dessin, l’échelonnement, la fragmentation, l’unité de variétés et les variétés des unités, la répartition des contrastes, la relation accommodante du fond/forme, du contenu/contenant, la « recontextualisation » et les choix de la palette de couleurs attestent, indubitablement, d’un savoir-faire et d’un degré d’appropriation des images originelles.

Redouane Aziz a tendance de restreindre sa palette chromatique se limitant à trois couleurs principales, rouge, noir et brun. Par contre le dessin est omniprésent pour figurer/défigurer les modèles. Sans ce dessin anatomique, la peinture ne pourrait avoir une existence légitimée. Dessin et peinture retrouvent leurs vivaces éclats dans un environnement blafard mais dynamique et intense.

De multiples entrées thématiques révèlent le chemin de visite à ce monde équivoque et paradoxal. Les apparences de l’humain ne s’ancrent pas à un être particulier, identifiable. Toutefois, les fils de ligotages, comme référent sémantique, fuient l’anonymat et l’intemporalité, à l’aune de l’univers d’une connectique informatique (cordons d’alimentation et de connections aux PC). Ces scènes ne peuvent voir le jour que dans l’époque contemporaine.

Affleurement d’un legs culturel et artistique, accumulé dans l’inconscient, forgé par une longue expérience d’étude, d’enseignement et d’une besogne infographique. « Il y a une histoire non apparente, pendant laquelle, engourdi ou voilé, le sens pictural éclipsé se manifeste autrement ou poursuit, souterrain, son propre chemin. C’est pourquoi il reviendrait à la surface, déjà marqué par un savoir», qui frôle l’image comme l’imaginaire.

Les triades relatives au sujet, (personnage/oiseau/cordon) et à la palette de couleurs (rouge, noir, brun) – parfois dissimulées derrières des charpentes triangulaires de la composition – interviennent et proposent une relecture de la réalité, une mise en abîme du particulier au général, de l’individuel au collectif.

L’espace plastique n’est ni stable ni inerte. Les éléments n’incorporent point des compositions statiques ou ambigües. Les lignes de force, généralement obliques ou en diagonale donnent à l’œuvre une dimension mouvementée et dynamique, soutenue par l’agencement et la mobilité des éléments gisant au sein de la surface plane du tableau.

L’espace/fond, riche en formes liquoreuses, coulantes et en tâches partiellement empâtées, traitées à la spatule, les corps musclés, torses nus mouvants, sont les notions fondamentales sur lesquelles repose la transposition du visible, des émotions, du rapport au monde… Les notions problématiques telles la force, la vitalité, l’agressivité se voient être traduites par une intercession du mouvement figuré. Un comportement anxieux auquel la vie contraint chacun de nous pour survivre et résister aux aléas du quotidien. La silhouette humaine agitée, dévêtue, rivalisant son sort, constitue l’arc- boutant essentiel de la quête plastique de Redouane Aziz.

Les torses, inlassablement incarnés sur des surfaces/palimpsestes, libres, que l’artiste efface pour y transcrire ses émotions, se répètent dans différentes postures, formant ainsi des séries intermittentes. L’aura de leur acception repose sur une parfaite virtuosité des divers moyens plastiques pour lesquels l’artiste a opté. C’est l’articulation des rapports sujet/dispositif qui mène l’observateur à y discerner immédiatement une critique de la brutalité, de la contrainte et de la sujétion.

«Somme de destins et de morts singulières s’il en est ! Palimpseste de l’horreur ! La révolte contre l’incurable bêtise humaine sourde de ces images. En ce sens, cette peinture peut être qualifiée d’art engagé ». Icônes d’un ecce homo victime d’une connectique, d’une technologie tyrannique et accablante. Palimpseste d’une humanité sanglée, exténuée et éreintée, démunie de tous geste et mouvance.

Un témoin est omniprésent. Il guette les instances et les suppliques de cette tragédie humaine. Un oiseau. Un corbeau. Parfois trois corbeaux. Encore, pérennité du trinôme.

Dans la Bible, le corbeau est envoyé par Noé pour chercher la terre après le déluge. Il est parfois oiseau de mauvais augure comme dans la culture judéo-chrétienne. Dans le Coran, il est mentionné dans l’histoire de Caïn et Abel, les deux fils d’Adam, comme étant la créature qui montre à Caïn comment enterrer son frère qu’il a assassiné (al-mā’ida, 5:31). (Wikipédia)

Dans l’œuvre de Redouane Aziz les trois acceptions sont valables. Le corbeau est en présence de la terre, symbolisée par une palette chromatique à tons multiples, composée d’une sienne brulée, d’ocre, aboutissant au carmin. Sa mauvaise prémonition est très remarquée à travers l’aspect des ailes écartées et des pattes griffeuses. Il est conseiller/directeur d’un homo sapiens ligoté et aveuglé par des épigraphies dégoulinantes, indélébiles et ineffables.

Accompagnateur d’antan, de Caïn, fils d’Adam, le corbeau joue le rôle de cicérone. Il assiste à l’enterrement des souffrances et des peines qui rongent ces corps ruinés et escarpés. Hormis sa forme graphiquement fastueuse, sa couleur ardemment noircie, la composition perd son aplomb et chute en pesanteur.

La forme de l’oiseau cautionne l’équilibre que le spectateur perçoit à travers le triple saut transcrit par le regard. Ce cycle est typiquement particulier : il indique comment l’artiste réitère les formes d’un thème ancien, réinventant ses motifs tout en les déclinant en valeurs de gris et en différents tons de couleurs. Ici, « La couleur est au service d’un fonctionnement symbolique plus que d’un fonctionnement plastique. Les couleurs n’ont pas une fonction décorative, l’utilisation de la gamme chromatique est réduite à certaines couleurs mises au service de ce qu’elles doivent représenter sur le tableau ».

La matière picturale se dissipe cédant la place à une vue partielle du support/toile. Le non finito est monnaie courante dans la peinture occidentale depuis la Renaissance jusqu’aux époques contemporaines. On rencontre l’état d’inachèvement dans les dessins de L. De Vinci, les fresques de Michel Ange, les sculptures de Rodin, les peintures oniriques de Picasso, les géantes toiles de Velickovic, …

Les œuvres de Redouane Aziz interpellent le spectateur, le convient à admirer, à contempler. Il est invité à se partager une vision plus implicative par laquelle il devient co-auteur, co-opérateur dans la genèse de l’œuvre.

Lire ce que les apparences cachent.

Reste comment regarder ces œuvres ? Survoler les cieux aux côtés des corbeaux corrélativement déplumés ?

Mohamed KHASSIF

Zerhoune – Janvier 2017

L'Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

L’Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

L'Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

L’Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

L'Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

L’Artiste Peintre Redouane Aaziz expose ses œuvres à la galerie Ibn Khaldoun, à Tanger, du 03 Au 22 Mars 2017

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة مكناس سيتي :: الجريدة الرسمية لمدينة مكناس الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.