Meknès, La cité d’art de vivre

مكناس سيتي
1٬379 مشاهدة
أخر تحديث : الإثنين 15 أكتوبر 2012 - 11:00 مساءً
Meknès, La cité d’art de vivre

Meknes City: Meknès le 15 octobre 2012, Meknès ville impériale, étalée entre le Moyen-Atlas et le Sahara, aux portes du Tafilalet, a de la noblesse et du panache.
Elle est l’une des plus belles villes du Maroc avec ses vingt-cinq kilomètres de remparts, ses ruines imposantes, ses jardins immenses, ses portes monumentales. Elle fut la capitale de Moulay Ismaïl, souvent comparé à Louis XIV tant par le règne que par les embellissements qu’il a apportés à la ville. D’ailleurs, Meknès est surnommée le «Versailles marocain».

Meknès se trouve tout à la fois être:
* une ville touristique
(cité-carrefour, toutes les routes conduisant du nord au sud en passant par le centre mènent à Meknès),
* une capitale culturelle
* le berceau de bien des confréries religieuses.
Il suffit de laisser derrière soi l’Océan pour que peu à peu l’on soit séduit par les hautes collines de la région de Meknès, fournissant en abondance les fruits et produits maraîchers de première qualité. L’on citera l’olivier, la menthe et l’eau si désaltérante de l’oued Boufekrane. Sur la rive gauche, la médina et les ruines de la ville impériale, sur la rive droite la ville nouvelle construite à partir de 1920 montrent la grandeur «meknèssienne».
Dans la médina, grouillent toutes sortes de métiers. La ferronnerie dite damasquinée est unanimement reconnue au Maroc. Saluons également le travail d’orfèvre des menuisiers et artisans et la fabrication des moucharabiehs, embellissements des grilles et fenêtres en bois de cèdre façonnés et assemblés de manière géométrique.
Les monuments historiques de la ville montrent sa magnificence que l’on doit à Moulay Ismaïl. Des palais impressionnants, des jardins fabuleux, des portes majestueuses comme Bab Mansour El Aleuj (la Porte du Victorieux renégat), située à l’extrémité de la place Lala Aouda, fait la jonction entre l’ancienne et la nouvelle médina. Cette porte monumentale, la dernière commandée par Moulay Ismaïl en 1732 , vous terrasse et vous fait sentir infiniment petit.
Quelques exemples et autant de témoignages de l’histoire de la ville:
«Sarij e Souani» constitués de puits profonds dotés de norias assuraient l’alimentation en eau de toute la ville.
«Marbat el Khouyoul , les haras de Moulay Ismaïl
«Sarag», route qui mène au palais royal «Bab El Khemis», décoré de mosaïques à dominante verte.
Place El Berdain avec vue sur la partie nord de Meknès.
Bab El Jdid, grande place animée par les échoppes de maroquiniers, bijoutiers, vanniers, ferronniers.
Bab Tizimi Sghira et Bab Tizimi Kbira
Les souks ou «Kobat Souks» avec au milieu de la ville: Souk Nejjarine ou Marché des Menuisiers.
Gens célèbres ont vécu à Meknès tels Abderrahman Ibn Zidane et son ouvrage de référence «Le Cadeau aux hommes éminents des belles chroniques de la ville de Meknès» ou encore Faqih L’Mnouni.
Au théâtre, Timoud bien que n’étant pas originaire de Meknès, y séjourna longuement et aujourd’hui le Docteur Hassan El Menhi donnent leurs lettres de noblesse à cet art.
La musique moderne est largement représentée également. Meknès est la première ville où les orchestres constitués des meilleurs musiciens et chanteurs ont fait florès avec des chefs prestigieux comme Mohamed Ben Abdesslam.
A cette esquisse des personnages célèbres, il manque M’hamed Ben Aïssa, «Cheikh el kamel», Le Cheikh parfait, patron de la tariqa des Aïssaoua; les Gnaoua , descendants d’anciens esclaves noirs venus avec Moulay Ismaïl et Ahl L’Touat, adepte de la tariqa Ouazania. D’autres confréries ont donné naissance à des zaouiyas de prestige telles que Hmadcha, Sidi Ali, Sidi Ahmed Drouri, les deux derniers enterrés à Meknès.
Beaucoup de groupes féminins appelés «les Mahlmates» donnent une idée large du répertoire chanté: Melhoun, Aïssaoua, Chaâbi avec toutefois une particularité qui leur appartient en propre: rythme el masmoudi.
La musique arabo-andalouse et en particulier Moulay Ahmed Lemdahri et Abderrahim ElKhamsi et puis d’une manière plus générale, ce que l’on appelle communément «Fene Samaâ» ont été enseignés dans les zaouiyas de Meknès comme dans la zaouiya Alamia.
Nous n’allons pas conclure cet article sans vous parler du fondement des arts musicaux, Le Melhoun et de quelques figures emblématiques: Sidi Abdelkader El Alami, Faqih Laamiri, Benaïssa Deraz, Hamoud Ben Driss. Des interprètes ont laissé trace dans la mémoire collective comme: Cheikh Ben Amar, Cheikh Bertal, Mahjoub Azizi, Driss Mekdad, Mustapha L’Ghita, Daïdaï, El Hadj Houssein Toulali, Mustapha Saîdi, Abdelhadi Redha, Zhor Elismaïli, Saïd Najah, Saïd Idrissi, etc …
Tous ont donné à la ville un enseignement unique à tout l’espace maghrébin de par sa configuration géographique fédératrice.
Un mot sur Volubilis, haut lieu de la civilisation romano-berbère, à l’ouest du massif du Zerhoun qui s’étend sur près de 40 hectares, enveloppé d’un rempart d’époque romaine, inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco, lieu de convergences des rencontres culturelles
en particulier sur la tradition orale si féconde en cette région.
Pour conclure, la ville de Meknès est le brassage réussi du passé, des temps actuels et de l’avenir.
Il suffit de vous promener dans la ville accueillante et vous tomberez d’arrêt devant tant de fastes et de beauté.
Il suffit de flâner au gré de votre humeur et vous vous sentirez happé par l’Histoire et l’essence de Meknès.

Qu’il suffise enfin de vous dire que vous avez besoin pour cela de prendre un congé prolongé.

Meknès, La cité d’art de vivre

Meknès, La cité d’art de vivre

Meknès, La cité d’art de vivre
Par Saïd El Meftahi

رابط مختصر

أضـف تـعـلـيق 0 تـعـلـيـقـات

* الإسم
* البريد الألكتروني
* حقل مطلوب

البريد الالكتروني لن يتم نشره في الموقع

شروط النشر:

عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الالهية. والابتعاد عن التحريض الطائفي والعنصري والشتائم.

ان كل ما يندرج ضمن تعليقات القرّاء لا يعبّر بأي شكل من الأشكال عن آراء اسرة مكناس سيتي :: الجريدة الرسمية لمدينة مكناس الالكترونية وهي تلزم بمضمونها كاتبها حصرياً.